Nous vous proposons des rencontres avec différentes invitées certains soirs avant ou après la représentation pour un « bord de scène ». Cela sera l’occasion d’échanger avec le public sur les thématiques abordées dans la pièce ou par le focus « Les BienVeilleuses ».

Chaque bord de scène est d’une durée d’environ 30 minutes.
Entrée gratuite, sans réservation.

EN SAVOIR PLUS sur le Focus Les BienVeilleuses, cliquez ici

Autour de la pièce « Annie Ernaux / Arrêt sur images »

• Mardi 20.02 (22h00) :
Justine Bolssens et Lucie Barridez, « Des inégalités sociales au sexisme : le continuum des violences »
 
Justine Bolssens est juriste de formation et actuellement chargée de projets et d’étude au sein de la Cellule Étude & Stratégie du Centre d’Action Laïque, où elle est chargée des dossiers liés aux droits des femmes, à la justice et aux inégalités et discriminations. 
Lucie Barridez est philosophe et politologue de formation est chargée d’étude au sein de la Cellule Étude & Stratégie du Centre d’Action Laïque, où elle est chargée des dossiers éthiques et liés aux questions de santé.

• Vendredi 23.02 (22h00) :
Sylvie Lausberg, « Exploration des défis et évolutions dans la lutte contre les violences envers les femmes : une plongée dans l’histoire, la sociologie et la réalité contemporaine » 

Sylvie Lausberg est historienne, psychanalyste, directrice de la Cellule Etude & Stratégie du Centre d’Action Laïque, ex-Présidente et Présidente de la Commission Ethique du Conseil des Femmes francophones de Belgique (CFFB) et Secrétaire générale du Centre Européen du Conseil International des Femmes (CECIF). 

• Mardi 27.02 (22h00) :
Maryse Hendrix, « Questionnements et réflexions autour des violences, et les solutions à y apporter pour enrayer le processus »

Maryse Hendrix est coordinatrice Culture et Administratrice chez Amnesty International. Elle est aussi présidente du Conseil wallon pour l’égalité entre hommes et femmes (CWEHF) ainsi que thérapeute en psychologie intergénérationnelle.

• Mercredi 28.02 (20h30) :
Laurence Rosier, « Tu causes inclusif toi ? » 
Laurence Rosier est professeure ordinaire à l’ULB où elle enseigne la linguistique, l’analyse du discours, la stylistique et la didactique. Un grand pan de ses recherches portent sur les violences verbales faites aux femmes et les discours de haine selon les discriminations racistes, sexistes, classistes, agistes, en particulier sur la toile.... Son ouvrage De l’insulte aux femmes paru en 2018 a obtenu le prix de l’enseignement et de la formation continue du Parlement WBI en 2019. Elle intervient régulièrement autour des débats sur l’écriture inclusive, sur quoi elle a notamment publié le recueil Les défis de l’écriture inclusive, avec Alain Rabatel (2018). 

• Jeudi 29.02 (22h00) :
Margot Foubert, « Les rôles genrés, vecteurs d’inégalité »

Margot Foubert est chargée de mission pour SoféliaSofélia est une fédération de centres de planning familial mais également une association féministe. Chaque année, elle réalise une campagne de sensibilisation et d’autres activités sur l’avortement, la vie relationnelle et affective, les violences, etc. 

• Vendredi 01.03 (19h00) :
Maria Miguel-Sierra, « Les mariages forcés : une réalité méconnue »

Implantée à Saint-Josse depuis 1988, La Voix des Femmes œuvre au renforcement des droits des femmes migrantes et à leur autonomie. L’association est dirigée par Maria Miguel-Sierra qui développe, notamment, un travail de plaidoyer et de formation des professionnel.le.s sur des questions liées au genre et à la migration. 

• Vendredi 01.03 (22h00) :
Maria Miguel-Sierra, « Violences conjugales en contexte de migration » 


Autour de la pièce « Les yeux noirs »

• Mardi 05.03 (19h00) :
Jean-Luc Haentjens et Eric Frippiat, « L’importance de la sensibilisation et de la formation continue des policiers. Et leur implication pour une amélioration de l’accueil et de l’accessibilité de leurs services pour les victimes »

Jean-Luc Haentjens est Conseiller du Chef de Corps attaché à la Cellule Formation à Saint-Josse.
Eric Frippiat est Commissaire de la zone de police Bruxelles-Nord.

• Mardi 05.03 (22h00) :
Isabelle Seret, « Chez moi vit la violence » 
(Intervention autour des auteurs de violence) 
Isabelle Seret est auteure, formatrice, sociologue clinicienne, formée en victimologie appliquée. Elle accompagne des personnes victimes et des auteurs de violences intrafamiliale.

• Jeudi 07.03 (22h00) :
Jean-Luc Haentjens et Eric Frippiat, « L’importance de la sensibilisation et de la formation continue des policiers. Et leur implication pour une amélioration de l’accueil et de l’accessibilité de leurs services pour les victimes »

Jean-Luc Haentjens est Conseiller du Chef de Corps attaché à la Cellule Formation à Saint-Josse.
Eric Frippiat est Commissaire de la zone de police Bruxelles-Nord.

• Vendredi 08.03 (22h00) :
Lena Terrando, « Les violences entre partenaires chez les minorités sexuelles, entre mythes et réalités »

Diplômée en psychologie clinique à l’Université libre de Bruxelles, Lena Terrando a co-réalisé une recherche quantitative sur les violences entre partenaires chez les minorités sexuelles en Belgique francophone, en partenariat avec l’asbl Tels Quels et l’Observatoire du sida et des sexualités. En octobre 2022, elle a débuté une thèse sur cette même thématique. 

• Samedi 09.03 (22h00) :
Julie Arcoulin, « Sortir de l’emprise et se reconstruire »

Autrice féministe et thérapeute spécialisée dans les violences intrafamiliales.
Engagée et optimiste, Julie Arcoulin est, depuis 14 ans, thérapeute spécialisée dans l’emprise et les violences faites aux femmes. Elle les accompagne dans leur reconstruction et leur libération à travers des consultations en cabinet, conférences et ateliers. Elle est l’autrice de plusieurs ouvrages à succès : Sortir de l’emprise et se reconstruireStop aux relations toxiques et Clouer le bec au patriarcat.

• Jeudi 14.03 (15h30) :
Laurence Rosier, « Violences intimes, violences publiques : les premiers mots...  » 
Laurence Rosier est professeure ordinaire à l’ULB où elle enseigne la linguistique, l’analyse du discours, la stylistique et la didactique. Un grand pan de ses recherches portent sur les violences verbales faites aux femmes et les discours de haine selon les discriminations racistes, sexistes, classistes, agistes, en particulier sur la toile.... Son ouvrage De l’insulte aux femmes paru en 2018 a obtenu le prix de l’enseignement et de la formation continue du Parlement WBI en 2019. Elle intervient régulièrement autour des débats sur l’écriture inclusive, sur quoi elle a notamment publié le recueil Les défis de l’écriture inclusive, avec Alain Rabatel (2018).

Autour de la pièce « Prima Facie »

• Vendredi 15.03 (19h00) :
Témoignages, « Paroles de survivantes » 
(Centre de Prévention des Violences Conjugale et Familiales) 
Des femmes ex-victimes de violences conjugales, expertes de leur vécu, viendront témoigner de leurs parcours et répondre à vos questions, accompagnées de Gertraud Langwiesner.

• Vendredi 15.03 (22h00) :
Anita Biondo, « Vers une prise en charge interdisciplinaire des victimes de violences conjugales » 

Criminologue de formation. Policière depuis 20 ans, spécialisée dans la prise en charge des victimes, d’inceste d’abord, de violences sexuelles plus largement ensuite, pour enfin élargir encore le champ aux victimes de tous types de violences intrafamiliales dont font partie les violences conjugales. J’ai développé plusieurs partenariats entre la police et des associations de terrain œuvrant dans la défense des droits des femmes et des enfants. Je suis d’ailleurs toujours bénévole chez Femmes de Droit, chez les Mères Veilleuses et à l’Université des Femmes. Cette spécialisation dans la prise en charge de victimes de violences intrafamiliales m’a amenée à obtenir un poste de chargée de projet chez safe.brussels (ancien BPS - organe régional chargé des politiques de prévention et de sécurité pour la région bruxelloise ). Depuis un peu plus d’un an, j’ai donc la mission de mettre en place un centre de prise en charge des victimes de violences intrafamiliales pour la région de Bruxelles. 

• Samedi 16.03 (19h00) :
Témoignages, « Paroles de survivantes » 
(Centre de Prévention des Violences Conjugale et Familiales) 
Des femmes ex-victimes de violences conjugales, expertes de leur vécu, viendront témoigner de leurs parcours et répondre à vos questions, accompagnées de Gertraud Langwiesner.

• Samedi 16.03 (22h00) :
Isabelle Seret, « La circulation du silence : des siens à ceux des proches et de la société », 
Comment le silence s’organise autour du couple et de la famille (Intervention avec Valérie, témoin) 
Isabelle Seret est auteure, formatrice, sociologue clinicienne, formée en victimologie appliquée. Elle accompagne des personnes victimes et des auteurs de violences intrafamiliale.

• Mardi 19.03 (19h00) :
Diane Gardiol et Florence Wautelet, « Comment la région bruxelloise lutte contre les violences faites aux femmes ? »

Diane Gardiol est actuellement conseillère égalité des chances de la Secrétaire d’État bruxelloise Nawal Ben Hamou. Elle a été avant cela chargée de projets au Centre d’Action Laïque et s’occupait des questions éthiques et d’égalité entre femmes et hommes. Elle est également présidente de la Commission jeunes du Conseil des Femmes Francophones de Belgique, qui a pour but de sensibiliser les jeunes au féminisme et faire le lien entre anciennes et nouvelles générations de féministes. Impliquée dans l’Association Pour les Nations Unies en tant que membre du CA, elle s’intéresse aussi aux questions internationales.
Florence Wautelet est actuellement directrice de cabinet adjointe en charge de l’Egalité des Chances au sein du cabinet de la Secrétaire d’Etat Nawal Ben Hamou et membre du Conseil des femmes francophones de Belgique. Son expertise couvre notamment l’égalité entre les femmes et les hommes, la représentation des femmes en politique, la lutte contre les violences faites aux femmes et les politiques publiques d’égalité des chances.

• Mardi 19.03 (22h00) :
Dominique Deshayes, « Questionnements et réflexions autour des violences, et les solutions à y apporter pour enrayer le processus »

Dominique Deshayes est Présidente & coordinatrice Droits des femmes pour Amnesty International.

• Mercredi 20.03 (20h30) :
Marion de Nanteuil, « Réponses et questions de la justice pénale belge face aux violences conjugales et sexuelles »

Marion de Nanteuil est avocate au barreau de Bruxelles depuis 2020. Elle exerce le droit pénal et le droit de la jeunesse, avec une attention particulière pour la prise en charge des victimes et des auteurs de violences conjugales et sexuelles. Elle est intervenue à plusieurs reprises en qualité de formatrice sur ces questions à l’occasion de conférences, certificats et formations à destination des avocats. 
Elle est également assistante en droit pénal et procédure pénale à l’Université de Liège, ainsi que collaboratrice scientifique au sein du centre de recherche en droit pénal à l’UCLouvain.

• Jeudi 21.03 (19h00) :
Marion de Nanteuil, « Réponses et questions de la justice pénale belge face aux violences conjugales et sexuelles »


• Jeudi 21.03 (22h00) :
Lena Terrando, « Les violences entre partenaires à l’épreuve des minorités sexuelles »

Diplômée en psychologie clinique à l’Université libre de Bruxelles, Lena Terrando a co-réalisé une recherche quantitative sur les violences entre partenaires chez les minorités sexuelles en Belgique francophone, en partenariat avec l’asbl Tels Quels et l’Observatoire du sida et des sexualités. En octobre 2022, elle a débuté une thèse sur cette même thématique.

• Vendredi 22.03 (22h00) :
Jean-Luc Haentjens, « L’importance de la sensibilisation et de la formation continue des policiers. Et leur implication pour une amélioration de l’accueil et de l’accessibilité de leurs services pour les victimes »

Jean-Luc Haentjens est Conseiller du Chef de Corps attaché à la Cellule Formation à Saint-Josse.

ÉVÉNEMENTS TERMINÉS

Autour de la pièce « Journal d’assises »

• Mercredi 07.02 (20h30) :
Julie Arcoulin sur le Consentement 

Autrice féministe et thérapeute spécialisée dans les violences intrafamiliales.
Engagée et optimiste, Julie Arcoulin est, depuis 14 ans, thérapeute spécialisée dans l’emprise et les violences faites aux femmes. Elle les accompagne dans leur reconstruction et leur libération à travers des consultations en cabinet, conférences et ateliers. Elle est l’autrice de plusieurs ouvrages à succès : Sortir de l’emprise et se reconstruireStop aux relations toxiques et Clouer le bec au patriarcat.

• Jeudi 08.02 (22h00) :
Anita Biondo, « Vers une prise en charge interdisciplinaire des victimes de violences conjugales » 

Criminologue de formation. Policière depuis 20 ans, spécialisée dans la prise en charge des victimes, d’inceste d’abord, de violences sexuelles plus largement ensuite, pour enfin élargir encore le champ aux victimes de tous types de violences intrafamiliales dont font partie les violences conjugales. J’ai développé plusieurs partenariats entre la police et des associations de terrain œuvrant dans la défense des droits des femmes et des enfants. Je suis d’ailleurs toujours bénévole chez Femmes de Droit, chez les Mères Veilleuses et à l’Université des Femmes. Cette spécialisation dans la prise en charge de victimes de violences intrafamiliales m’a amenée à obtenir un poste de chargée de projet chez safe.brussels (ancien BPS - organe régional chargé des politiques de prévention et de sécurité pour la région bruxelloise). Depuis un peu plus d’un an, j’ai donc la mission de mettre en place un centre de prise en charge des victimes de violences intrafamiliales pour la région de Bruxelles. 

• Vendredi 09.02 (22h00) :
Frédéric Benne, « Sortir de l’enfermement de la violence » 
Le Centre de Prévention des Violences Conjugale et Familiales (CPVCF) est un centre d’accompagnement pour toute personne souffrant de violences conjugales et/ou intrafamiliales, et ce, peu importe leur identité de genre, orientation sexuelle, milieux social, culturel, professionnel, religieux, ethnique et philosophique. Le centre offre : Un service ambulatoire (une écoute téléphonique, un accueil...), une aide administrative et juridique, un accompagnement psycho-social, une aide à la parentalité, un hébergement pour femmes (avec ou sans enfant(s) sans limite d’âge à une adresse confidentielle), un espace de parole individuel et collectif & des ateliers d’éducation permanente. 

• Samedi 10.02 (22h00) :
Jean-Claude Maes, « Récit victimaire, récit judiciaire » 

Jean-Claude Maes, psychologue clinicien, psychothérapeute adultes-couples-familles, docteur en Sciences de l’Information et de la Communication & directeur de PREFER asbl (Prévention, Recherche et Formation : Emprise et Résilience). Il s’est spécialisé entre autres dans les dérives de l’emprise, ce qui inclut les violences conjugales et familiales, le perversion narcissique, l’inceste, les différentes formes de radicalisation, etc. Il est l’auteur d’un certain nombre d’ouvrages sur ces thèmes, tels que D’amour en esclavage. Ces relations qui font du mal (Eyrolles, 2014), Liens qui lient, liens qui tuent. L’emprise et ses dérives (Liber, 2014), L’inceste. Peut-on s’en remettre ? (Academia, 2017), etc. 

• Mardi 13.02 (19h00) :
Témoignages, « Paroles de survivantes » 
(Centre de Prévention des Violences Conjugale et Familiales) 
Des femmes ex-victimes de violences conjugales, expertes de leur vécu, viendront témoigner de leurs parcours et répondre à vos questions, accompagnées de Gertraud Langwiesner.

• Mardi 13.02 (22h00) :
Isabelle Seret, « La beauté est dotée d’un pouvoir immense : nous mettre devant ce qui ne peut être résolu, et le faire aimer » 
(Intervention avec Laurence Vielle autour du rôle de l’art qui peut sublimer la douleur, être vecteur de libération) 
Isabelle Seret est auteure, formatrice, sociologue clinicienne, formée en victimologie appliquée. Elle accompagne des personnes victimes et des auteurs de violences intrafamiliale.

• Mercredi 14.02 (20h30) :
Marie Denis et Fatma Karali, « Contrôle coercitif et phénomène d’emprise » 

Marie Denis, psychologue clinicienne, est spécialisée dans la prise en charge des psychotraumatismes des femmes et enfants victimes de violence intrafamiliale. Elle a vécu 8 ans au Québec. Durant ces années, elle a pu se former à différentes thérapies et techniques d’intervention. Elle y a développé sa pratique actuelle qui combine approche psycho-sociale avec l’intervention thérapeutique. 
Afin de visibiliser certains types de violences encore trop méconnus et de développer des moyens d’intervention efficaces, elle a co-fondé en 2018, l’Observatoire Féministe des Violences Faites aux Femmes (OFVFF) en Belgique. Elle y effectue des recherches-actions sur différents sujets : les violences faites aux femmes porteuses de handicap ou encore les processus de victimisation secondaire et de revictimisation.
Fatma Karali est fondatrice de l’association Des Mères Veilleuses, dont l’objectif principal est de réunir les mères monoparentales pour qu’elles puissent échanger sur leur expérience de vie, défendre leurs droits et mener des actions de sensibilisation sur des questions qui les touchent, comme la justice, l’emploi, le logement, la précarité, les violences, etc.
Depuis sa création en 2021, l’association a mené de nombreuses actions et créé deux outils sur la thématique des violences intrafamiliales : un guide d’autodéfense psychologique et juridique, à l’intention des mères monoparentales et des professionnels qui les soutiennent et la réalisation de six capsules vidéos disponibles sur viméo.

• Jeudi 15.02 (19h00) :
Témoignages, « Paroles de survivantes » 
(Centre de Prévention des Violences Conjugale et Familiales) 
Des femmes ex-victimes de violences conjugales, expertes de leur vécu, viendront témoigner de leurs parcours et répondre à vos questions, accompagnées de Gertraud Langwiesner.

• Jeudi 15.02 (22h00) :
Dominique Deshayes, « Questionnements et réflexions autour des violences, et les solutions à y apporter pour enrayer le processus »

Maryse Hendrix est coordinatrice Culture et Administratrice chez Amnesty International. Elle est aussi présidente du Conseil wallon pour l’égalité entre hommes et femmes (CWEHF) ainsi que thérapeute en psychologie intergénérationnelle.

• Vendredi 16.02 (22h00) :
Maryse Hendrix, « Questionnements et réflexions autour des violences, et les solutions à y apporter pour enrayer le processus »
Dominique Deshayes est Présidente & coordinatrice Droits des femmes pour Amnesty International.

• Samedi 17.02 (22h00) :
Marion de Nanteuil, « Réponses et questions de la justice pénale belge face aux violences conjugales et sexuelles »

Marion de Nanteuil est avocate au barreau de Bruxelles depuis 2020. Elle exerce le droit pénal et le droit de la jeunesse, avec une attention particulière pour la prise en charge des victimes et des auteurs de violences conjugales et sexuelles. Elle est intervenue à plusieurs reprises en qualité de formatrice sur ces questions à l’occasion de conférences, certificats et formations à destination des avocats. 
Elle est également assistante en droit pénal et procédure pénale à l’Université de Liège, ainsi que collaboratrice scientifique au sein du centre de recherche en droit pénal à l’UCLouvain.