Elle a été prise... retenue par l’école… l’Université de Droit. Chic !

L’avenir s’annonce radieux. Ce matin, elle peut faire la grasse mat’. Elle l’a mérité, elle a bien travaillé ! Mais voici sa mère qui déboule et l’oblige à se lever. Dehors, on entend des explosions. Un feu d’artifice ? En plein jour ? La mère est affolée : « Lève-toi. On s’en va, fais tes bagages ». Elle demande où elles vont. La mère fait claquer les portes des placards, choisit en une seconde des vêtements, quelques bibelots, des bijoux... Ça ne vous rappelle rien ? La mère dit : « On part en Europe, Daech arrive ».

Voici, inspirée d’une histoire vraie, l’épopée d’une jeune kurde, l’incroyable destin d’une jeune fille comme les autres, qui deviendra malgré elle le symbole de la résistance lors du siège de la ville syrienne de Kobané en 2015. Une jeune fille que le cataclysme de l’Histoire va précipiter dans une guerre implacable. En mode survie, tous les sens en éveil, elle combattra pour ses droits et ses libertés.

Ici, en Belgique, des jeunes femmes s’emparent du récit et nous le restituent, sans langue de bois, telle qu’elles se figurent l’horreur d’un conflit qui n’en finit pas. Elles lui donnent vie pour qu’ici, on arrête de se voiler la face. Parce qu’elles veulent témoigner de la réalité de là-bas et du courage que demande la résistance à la barbarie. Pour ne pas oublier que ce pourrait être ici. Parce que ce qu’on décèle à travers ce récit, c’est cette incroyable force vitale, ce rire face à l’horreur, cette part lumineuse qui se dresse contre l’oppresseur et la noirceur de la haine mortifère.
Jamais victime, debout, concernée, vivante, la plus belle part de nous-mêmes.

(Préprogrammation sous réserve de la finalisation de nos accords avec les artistes et les auteurs.)